La boutique

Cortázar y su perro

Pour moi, l’amour,

c’est toi qui m’attends

à la sortie de la boutique,

sans me dire comment être,

ni quoi ressentir,

ni moi à toi.

Ni de me calmer,

ni de foncer,

ni en espagnol,

ni en français,

Dans ce Paris masqué

et sans bal.

Covidal.

Toi, tu aimais l’intempérie,

les clopes

et voir les gens passer ;

et moi, les échanges

au gré du vent,

avec les artisans

qui nous nourrissent

et nous délectent.

Et tu attendais ;

chacun dans son monde,

et on repartait après,

flâner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s