Si pardon

André Minvielle. 2009

André Minvielle

J’étais un jouet orageux,

chinois,

avec la rage

d’une usine oubliée

où certains y ont laissé les mains

et l’âme

dans ses engrenages.

Je n’y suis pour rien,

cette fois-ci,

j’en fais partie.

Ma grand-mère

a toujours nettoyé le sol

d’autrui. Lire la suite

Du fennec aux étoiles

fennec_fox_by_ali_radicali-d4b4m7x

Ali Radicali

Depuis que je ne fume plus,

je rêve.

J’ai vu un fennec

pour la première fois,

j’étais content de connaître le nom

de ce demi-chien,

au moins en français,

ça n’existe pas

dans mon premier chez moi,

le sable ne fait pas le Sahara.

J’ai recroisé une amie de l’école primaire

avec qui on égrainait des chapelets

en espagnol,

enfants parmi les grands,

la litanie chez la voisine,

au rez-de-chaussée

de la cité,

divine,

tous les jeudis,

quant on croyait encore en dieu.

J’avais une petite balle fluo, Lire la suite

Trente fleurs chinoises

236

Du haut de mes trente fleurs,

je m’assois sur le trottoir,

près du caniveau

et je m’en fous.

Du haut de ma robe

et mes basquettes bariolées,

mal assorties,

à ce qu’on dit.

Je suis chinoise,

mais je n’ai plus de pays,

il ne me reste que le passeport

dans ma poche,

à midi,

à la Courneuve Lire la suite

Des chiens sur les toits et des chats en carton

smallcite-des-enfants-logo2018

Quand j’ai commencé à en avoir assez de la question « et alors, le Mexique c’est comment ? », vu qu’elle revenait très souvent, j’ai cessé d’essayer de faire un vrai topo, mais je n’avais pas non plus envie de dire simplement « bien ».
Je partageais alors certains détails qui me venaient à l’esprit selon la conversation et qui m’amusaient, par exemple, la décoration porno-religieuse qui est très répandue chez les chauffeurs de bus, pour qui ce lieu mobile est leur maison. Le crucifix ou l’effigie à  l’avant, et le calendrier porno sur le côté gauche, du côté du cœur.
On ne peut jamais lire dans les transports en commun. La cumbia à fond et la conduite saccadée ne sont pas l’idéal pour la concentration. Par contre, les paroles des chansons, même si l’on veut pas, on s’en rappelle à vie.
Ou bien, le camion poubelle qui annonce son arrivée avec une grosse cloche et qu’il faut rattraper sinon il poursuit sa route et nous laisse avec nos déchets à la main, et devant rentrer avec jusqu’au prochain passage ou ramener soi-même à une décharge, qui n’est souvent qu’un terrain vague « autorisé » par la mairie.
Ou la fois où j’ai vu un chien errant traverser la route en empruntant le pont piéton, alors que les humains risquaient la peau en se faufilant entre les voitures, juste parce qu’ils avaient la flemme de monter les marches.
Il arrive souvent, surtout en ville, que les gens mettent leur chien sur le toit. Lire la suite

à jeun

 

  • J’ai rêvé que tu avais un double qui était méchant.
  • Et moi que tu partais. Tu ne crois pas que c’est plus simple de se réveiller et s’aimer en prenant le café?
  • Ce n’est pas si simple que ça.
  • Ah, bon?
  • J’ai peur de te tromper.
  • On n’est pas en couple. Tu n’as pas voulu. Fais-le et basta. Moi, je l’ai fait hier et je suis encore avec toi.
  • Mais moi, je ne pourrais te regarder pareil. Pas après lui. Les autres, c’est différent. Tu verras quand ça t’arrivera.
  • Ce n’est pas si compliqué que ça. J’ai réussi. Sur ton conseil.
  • Parle pour toi. Tu sais qu’on fonctionne pas pareil. Quand quelqu’un me plaît comme toi ou lui, je perds pied dans Paris.
  • Alors continue à souffrir d’envie, avec celui que je ne suis pas et qui ressemble à celui qui te veux du mal et qui n’est pas moi, et qui te plaît, apparemment.
  • Arrête de dire ça! Je vais te tromper, et tu seras content!
  • Non, c’est toi qui sera contente, c’est toi qu’y prendra du plaisir, pas moi. Comme moi hier.
  • Mmm… Bon, puisque c’est simple simple, c’est pas compliqué alors?
  • Oui. Et d’ailleurs on pourrait dire autre chose que “tromper”.
  • C’est vrai que c’est moche, ça fait culpabilité tout de suite. On prend le café pendant qu’on trouve un autre mot?
  • Avec plaisir. D’ailleurs, il faut pas forcément que ce soit un verbe.
  • Ça te dérange si je fume une clope?
  • Je t’ai connue comme ça et c’est chez toi.
  • Tant mieux, j’ouvre la fenêtre quand même.