Désossé

SONY DSC

1010, 2015

Il était quatre heures du matin, tard, c’est vrai. Entre les quatre boulots et les examens de fin d’année, sa pensée était anéantie, figée sur l’idée de toucher le lit. Cependant il fallait tirer des forces on ne sait d’où, et chercher des alliés efficaces. Le café ne rentrait plus dans cette catégorie. Son corps était tellement habitué à être envahi par la caféine qu’il ne reconnaissait dans une prise de cet alcaloïde issu de l’infusion, qu’un mouvement interne quotidien. De même pour la nicotine et son objet. Son meilleur allié était alors la crainte, et sa forme, la peur de l’échec, et ses implications dans sa réalité concrète. Il serait difficile de justifier auprès de la préfecture et son service de l’immigration qu’il devrait redoubler encore la troisième année. Ça n’allait pas passer. Il avait peur parce qu’il n’envisageait pas de partir tout de suite. Après il y avait la peur de l’échec personnel, du excès de confiance, de refaire une boucle, de stagner. Le mélange des deux l’amenait à vouloir ouvrir une capacité de compréhension et mémorisation à quatre heures du matin sur des sujets divers. Il y avait aussi l’implication sur le travail. S’il ne passait pas les examens pour valider sa licence, le poste de professeur qu’on lui avait proposé pour la rentrée prochaine disparaîtrait comme la bouée sur un miroir dans une salle de bain où l’on a ouvert la fenêtre en été. Et même plus vite, au moment de savoir qu’il aurait raté son année. Il fallait qu’il se concentre.

Au milieu de deux peurs et un essai de concentration de quinze minutes, il a regardé avec attention le bras qui s’accoudait à la table pour tenir sa tête pendant qu’ils lisait les cours. Il sentait la structure de sa mâchoire sur la paume de la main. Il sentait ses… Ses… Ses…

« Non, attends, on va voir, non, en español entonces, siento elde mi mandíbula, el… Ce qui est à l’intérieur des mes main ce sont des… Des… Le tibia est un… La colonne vertébrale est formée de… Comment bordel s’appelle ce qui forme la thorax ? Ce sont des… les côtes sont des… Lire la suite

El camino dorado / The golden path

Traducción corregida, debidamente acentuada y subtitulada, de esta divertida canción de los Chemical Brothers, 2003

_________________

As I walked along / Mientras caminaba Lire la suite

Malgré le fait d’être 1501

1010, 2014

Par Juan Herrera

___________________________________

Malgré l’abîme
Et son impénétrable regard de retour
Ici les maisons sont en chocolat et les voitures ont
À la place des roues
Des têtes de faune
Des gemmes!

Les montagnes sont en or et le ciel est d’une améthyste profonde
Le grondement de nos systèmes surround de son
Bâtit l’écho des étoiles à des millions d’années lumière.
À des milliers de voitures suisses
Les étoiles sont en or et en chocolat impénétrable
Le ciel bâtit l’abîme
Malgré les systèmes!

Des années de retour en un seul regard
Les montagnes sont le son d’années lumière
Des gemmes, des améthystes profondes de faune
Ici où les maisons sont une tête surround
Les montagnes malgré l’abîme
Bâtissent le son du chocolat.

À des milliards d’années lumière
Il y a des têtes de faune
Des regards!

Le ciel est fait en or
Et l’améthyste profonde
Gronde le système impénétrable des maisons
Des gemmes de retour à l’abîme Lire la suite

A pesar de ser 1501

Autumn 2014, 1010.

 

Sicodélica star,

de la mística de los pobres.

De misterio y de amor,

de dinero y soledad.

Yo no viene hasta acá

a ayudarte buscando cobre,

Mi pasado es real

y el futuro libertad.

_________________________________________

Fito Páez, Circo Beat, 1984.

Por Juan Herrera

___________________________________________________

A pesar del abismo

Y su impenetrable mirada de vuelta

Aquí las casas son de chocolate suizo fundido y los autos tienen por ruedas

cabezas de fauno

¡Gemas!

Las montañas son de oro y el cielo de un amatista profundo

El tronar de nuestros sistemas surround de sonido

labra el eco de las estrellas a millares de años luz de distancia.

A millares de autos suizos

Las estrellas son de oro y chocolate impenetrable

El cielo labra el abismo

A pesar de los ¡Sistemas!

Años de vuelta en una sola mirada

Las montañas son el sonido de años luz de distancia

Gemas, amatistas profundas de fauno

Aquí donde las casas son una cabeza surround

Las montañas a pesar del abismo

Labran el sonido del chocolate

A millares de años luz de distancia hay más cabezas de fauno

¡Miradas!

El cielo esta hecho de oro

Y el amatista profundo…Trona el sistema impenetrable de las casas

Gemas de vuelta al abismo

El surround de las estrellas Lire la suite