à jeun

 

  • J’ai rêvé que tu avais un double qui était méchant.
  • Et moi que tu partais. Tu ne crois pas que c’est plus simple de se réveiller et s’aimer en prenant le café?
  • Ce n’est pas si simple que ça.
  • Ah, bon?
  • J’ai peur de te tromper.
  • On n’est pas en couple. Tu n’as pas voulu. Fais-le et basta. Moi, je l’ai fait hier et je suis encore avec toi.
  • Mais moi, je ne pourrais te regarder pareil. Pas après lui. Les autres, c’est différent. Tu verras quand ça t’arrivera.
  • Ce n’est pas si compliqué que ça. J’ai réussi. Sur ton conseil.
  • Parle pour toi. Tu sais qu’on fonctionne pas pareil. Quand quelqu’un me plaît comme toi ou lui, je perds pied dans Paris.
  • Alors continue à souffrir d’envie, avec celui que je ne suis pas et qui ressemble à celui qui te veux du mal et qui n’est pas moi, et qui te plaît, apparemment.
  • Arrête de dire ça! Je vais te tromper, et tu seras content!
  • Non, c’est toi qui sera contente, c’est toi qu’y prendra du plaisir, pas moi. Comme moi hier.
  • Mmm… Bon, puisque c’est simple simple, c’est pas compliqué alors?
  • Oui. Et d’ailleurs on pourrait dire autre chose que “tromper”.
  • C’est vrai que c’est moche, ça fait culpabilité tout de suite. On prend le café pendant qu’on trouve un autre mot?
  • Avec plaisir. D’ailleurs, il faut pas forcément que ce soit un verbe.
  • Ça te dérange si je fume une clope?
  • Je t’ai connue comme ça et c’est chez toi.
  • Tant mieux, j’ouvre la fenêtre quand même.

Sacré, salé / Martin Buscaglia et Kiko Veneno

Traduction et sous-titrage d’une autre collaboration hispano-américaine: Martín Buscaglia, qui fait le voyage depuis son Uruguay natal pour enregistrer cette énigmatique chanson d’amour dont la vidéo possède la même atmosphère que les paroles.

C’est Kiko Veneno qu’il rejoint  à Barcelone, guitariste et chanteur espagnol qui co-écrit cette pièce avec lui. Ils ont d’ailleurs fait un album ensemble d’où la chanson est tirée, au titre de El pimiento indomable (Le piment indomptable) 2013.

La vidéo a été dirigée par Lucía Fernández et Rodrigo Spagnuolo (2013)

https://www.youtube.com/watch?v=BEnqa0uq8RY&feature=youtu.be

Lire la suite

Milonga* pour une belle / Zitarroza / Milonga para una niña, 1970

Celui qui a vécu en expiant une peine / / El que ha vivido penando,

à cause d’un mauvais amour / / por causa de un mal amor

ne trouve rien de mieux / / no encuentra nada mejor,

que de chanter et de penser. / / que cantar y de ir pensando.

Et s’il a bien calculé / / Y si anduvo calculando,

quelle culpabilité pourrait-il avoir eu / / qué culpa pudo tener,

lorsqu’il voit qu’une femme / / cuando ve que una mujer

ne connaît pas d’obligations, / no conoce obligaciones,

qu’elle se console avec des chansons / / se consuela con canciones

et qu’elle oublie d’aimer. / / y se olvida de querer.

C’est pour ça, ma belle, je te prie / / Por eso, niña, te pido

de ne pas me garder rancune. / / que no me guardes rencor,

Je ne peux pas te donner de l’amour / / yo no puedo darte amor,

et toi, tu ne peux pas me donner de l’oubli. / / ni vos podés darme olvido.

Je savais qu’à la moindre distraction / / Yo sé que en cualquier descuido,

j’allais heurter le sol, / / me iba a bolear contra el suelo,

et même si tu m’offres ton épaule, / / y aunque me ofrezcas consuelo

je ne peux pas l’accepter. / / yo no lo puedo aceptar,

Je peux t’apprendre à voler / / Puedo enseñarte a volar,

mais pas suivre ton envol. / / pero no seguirte el vuelo.


Je ne peux pas te tendre / / Yo no te puedo entregar,

un cœur éteint, / / un corazón apagado

quand celui-ci défaillit / / cuando falla el del costado

il n’y a rien à discuter. / / no hay nada que conversar

Il y a une façon d’aimer/ / Hay una forma de amar

qui est une sorte de conscience. / / que es un modo de conciencia

Il y a un amour qui est de la patience / / hay un amor que es paciencia

et un autre, qui n’est qu’aromatiser. / / y otro que es sólo aromar

Quel amour pourrait te donner / / ¿ Cuál amor te podría dar,

celui qui aime ton innocence? / / quien amara tu inocencia ?

Quand je te retrouverai / / Cuando te vuelva a encontrar,

nous pourrons nous sourire, / / nos podremos sonreír,

je préfère te voir partir / / prefiero verte partir,

tel que je t’ai vue arriver. / / como te he visto llegar.

Quand tu repenseras / / Cuando vuelvas a pensar,

qu’autrefois je t’ai connue / / que una vez te conocí,

et que rien que pour le plaisir, / / y que nomás porque sí,

je t’ai composé une chanson / / te compuse una canción,

ça chantera dans son cœur, / / cantará en tu corazón,

le petit peu que je t’ai donné. / / lo poquito que te di.

* Milonga: musique populaire de l’Argentine, l’Urugay et le Paraguay, proche du tango, mais de rythme plus rapide.

Traduction Pavel García