Ville de pauvres coeurs / Fito Paez (1987)

This world is going up in flames
And nobody wanna take the blame.
Don’t tell me how to live my life,
when you never felt the pain.

Charles Bradley, No time for dreaming, 2011.

Dans cette putain de ville, // En esta puta ciudad,

tout prend flamme et s’en va, // todo se incendia y se va,
Ils tuent des pauvres cœurs. // matan a pobres corazones.

Dans cette sale ville, // En esta sucia ciudad,

il ne faut ni continuer ni s’arrêter, // no hay que seguir ni parar,
ville de cœurs fous. // ciudad de locos corazones.

Je ne veux pas sortir fumer, // No quiero salir a fumar,
je ne veux pas sortir dans la rue avec toi, // no quiero salir a la calle con vos.
Je ne veux pas commencer à penser // No quiero empezar a pensar
qui mit l’herbe dans le vieux tiroir. // quién puso la yerba en el viejo cajón.

Bonne journée, Lexotanil1 // Buen día Lexotanil,
Bonne journée, Madame; Bonne journée, docteur // buen día, señora; buen día, doctor.
Maudit soit ton amour, //Maldito sea tu amor
ton immense royaume et ta douleur tant voulue // tu inmenso reino y tu ansiado dolor.

Qu’est-ce que tu veux de moi? //¿Qué es lo que quieres de mí?
Qu’est-ce que tu veux savoir? // ¿Qué es lo que quieres saber?
Tu ne me verras pas à genoux. // No me verás arrodillado.

Ils disent que ce n’est plus moi, // Dicen que ya no soy yo,
que je suis plus fou qu’hier, // que estoy más loco que ayer,
Et ils tuent des pauvres cœurs. // y matan a pobres corazones.

—-

1 sédatifhypnotique anxiolytique

Traduction Pavel García

 

Exercice bukowskien ou penser à sa propre mort

« quand je pense à ma propre mort
je pense à quelqu’un te faisant l’amour
en mon absence

 Henry Chinaski

Par Oliverio Rozado*

Je pense à moi,

à la lumière qui se reflète sur les cordes

aux larmes des autres

dont j’ignore souvent l’identité

quand je pense à ma propre mort

je pense à des pianos sans cordes

à des cendriers cassés

à des draps troués par ces cigarettes stupides qui ne pensent pas

à des bières d’un litre à midi

aux cœurs de Harrison

au requiem de Mozart

à Salieri

à ma brosse à dents que quelqu’un devrait jeter à la poubelle Lire la suite

Ejercicio bukowskiano o pensar en su muerte

Cuando pienso en mi muerte

pienso que alguien te hace el amor

cuando no estoy”

Henry Chinaski

Por Oliverio Rozado

pienso en mí

en la luz reflejada sobre las cuerdas

en las lágrimas de los otros

que con frecuencia no sé quiénes son

cuando pienso en mi muerte

pienso en pianos ya sin cuerdas

en ceniceros rotos

en sábanas agujeradas por los estúpidos cigarros que no piensan

en caguamas al mediodía

en coros de Harrison

en el réquiem de Mozart

en Salieri

y en mi cepillo de dientes que alguien tendría que tirar a la basura Lire la suite