Petit regret grenadin en apparence anodin

Mon cousin, Machete, quand il n’est pas en tournage

Sigan los consejos

de la lagartija,

que todo lo que tengas,

quepa en tu valija.

_____________

Suivez les conseils

du lézard ,

que toutes tes attaches,

rentrent dans tes bagages

______________________

Martín Buscaglia, La lagartija, Placido domingo, 2000

_________________________________________

J’avais pris le car à Lisbonne en direction de Grenade. C’était un trajet peu fréquenté et il n’y avait pas de voyage direct. Je savais qu’il y avait un changement près de Séville. Je ne m’attendais pourtant pas à ce qu’on passe du car à un petit Van, sans aucune compagnie marquée dessus, ni encore moins que le changement soit effectué sur une aire d’autoroute.

On nous avait pressé pour qu’on descende au plus vite en prenant nos bagages. Il était cinq heures du matin, le soleil estival commençait à briller au fond d’une colline. Tout le monde dormait quand le car s’est arrêté. Le changement a été tellement vite que j’ai eu l’impression d’être un de mes frères mexicains entre deux passeurs dans l’Arizona. Le paysage sec du sud de l’Espagne renforçait cette sensation, sans doute. J’ai pensé à Machete aussi, et je l’ai imaginé président du Mexique. Il vaut mieux que Peña Nieto, que ses prédecesseurs et que ceux à venir. Et ce, tout simplement, parce qu’il ne s’en prend qu’à ceux qui lui cassent le couilles, mais il cherche la paix, même si Machete kills. Bon, il faut chercher un peu. Pas comme les nôtres, qui tuent pour le bif et cachent la machète.

Nous étions seulement quatre personnes à bord. Je suis monté à l’arrière avec deux filles. Un autre garçon espagnol a pris la place du copilote.

Le garçon espagnol semblait être le plus réveillé de nous quatre, avec le conducteur, bien entendu. Il le regardait conduire comme si il attendait à ce qu’on lui pose une question. Le conducteur a remarqué son regard mais n’a rien dit. C’est alors que le garçon lui a lâché une phrase venue de rien:

  • Je rentre après une année d’études à Lisbonne.

Le conducteur s’est tourné vers lui un instant, il a hoché la tête, pour ensuite retourner à son volant sans répondre.

  • C’est pour ça que j’ai autant de bagages. Les deux grosses valises sont à moi.

  • Je les ai vues, a-t-il répondu, pour allumer ensuite la radio.

Lire la suite

Pluie de pétales pour remplir des poches vides

Fleurs agitées par le vent, Utagawa Toyokuni, début du XIXe siècle

C’est la hass en pleine saison […]

En bas de chez toi, en bas de chez moi,

y a ceux qui partent et ceux qui partent pas

Skalpel, Partir, 2014

J’ôte mon kimono

après la visite aux fleurs de cerisier.

Que des liens

Hisajo Sugita, 1932

Il y avait des pétales qui sont arrivés avec le vent. D’habitude ce sont des sacs en plastique et la dernière fois un ballon violet qui s’est coincé dans la cage du balcon. Mais aujourd’hui ce sont quelques pétales d’un rosacé qui pourrait très bien être un pêcher ou un cerisier. Malheureusement les fruits sont trop lourds pour être emportés par le vent et ce n’est pas encore le temps des cerises de toute façon.

Entourés de béton, comme nous sommes dans le quartier, ça surprend, comme lorsqu’un inconnu nous dit quelque chose de gentil quand on s’attendait à une injure ; ou comme lorsqu’on goûte à une nourriture inconnue et, en la mangeant on s’attend un goût amer, alors qu’on goût sucré et une texture tendre se dévoilent dans la surprise.

Les arbres des rues environnantes ont deux cycles de fleuraison, un pendant l’hiver et un autre au printemps. En hiver, je les ai pris pour des flocons, aujourd’hui pour la confirmation comme quoi la vie est dehors.

J’ai passé une semaine sans sortir de chez moi. J’étais fatigué et las des gens. Je travaille avec eux, ils sont nombreux et tous différents. Ils veulent des choses distinctes et ils parlent tous. J’en ai eu ma claque.

Cette semaine je n’ai eu du contact qu’avec ceux qui vendent quelque chose, surtout de la nourriture, mais c’est tout. J’étais à jeun des gens.

Hier c’était vendredi,et j’ai la trouille de ce jour-ci. Il était huit heures, je buvais un café à table entouré de cette lumière blanchâtre du soleil matinal et ce ciel couvert d’une nappe fine et je savais que les raisons d’être dans le monde étaient floues et que le jour serait long. Je l’ai rempli de lumière en lavant les vitres et les rideaux, en renforçant la vitre cassée pour qu’elle tombe en sécurité, en vue du manque d’attention du propriétaire. Je m’épurais, en épurant la maison, afin de fuir le vertige d’un vendredi au bout d’une période financière difficile. Lire la suite

Porte droit sur la mer

Sous la vague au large de Kanagawa,神奈川沖浪裏, Hukosai, 1830

Y en avait marre des zones communes,

l’hôtel était à craquer. L’été, le soleil

et ces choses que les gens du sud et du nord

vénèrent. On n’avait trouvé que cette chambre

Miteuse, dont on ne voulait pas en parler.

Nous sortîmes flâner, pour oublier la fuite.

On failli nous tuer : nous choisîmes la fille

qu’il fallait pas. Et nous voilors1, les jambes au coup.

On ouvrait les portes, sorte de sport oisif,

et nous la trouvâmes ainsi, la porte au balcon

au niveau de la mer, ondulant, dépassant

De quelques vagues la balustrade. Frayeur.

Nous reculâmes, illico. Une dame dit

qu’à nettoyer, c’est chiant, mouillé et salé.

_____________________________________________

1Fusion par collission de voilà et alors à la vitesse de la lumière à des températures qui n’existent pas sur la surface de la Terre.