Parking de Papi

974a9728a060851dbabc2c5a62d29600

?

Mon grand-père avait toujours été excentrique, mais depuis qu’on le sentait « rentré dans la vieillesse », physique et mentalement, on savait que cela n’allait que s’accentuer, mais sous quelle forme ? Cela restait à voir et à les prendre à la volée.

Il habitait les collines qui avaient été piquées à la pioche, jusqu’à faire une multitude de terrasses où les gens qui n’avaient nulle où vivre à Mexico dans les années quatre-vingt ont construit comme ils ont pu, à leur idée et en dehors de toute réglementation. Ainsi les maisons et les rues se sont cramponnées à la colline. C’est ces mêmes champs de rues qu’on voyait depuis chez nous, dans une autre banlieue à l’autre bout de la grande vallée de lumières qu’est cette bête qui est belle la nuit, vue d’en haut.

– Oui, papa ?

– Oui, ma fille comment vas-tu ? Ça fait longtemps que j’attends ton appel.

– Je vous ai appelé la semaine dernière.

– Oui, mais tout de même, tu sais que le chantier ne peut plus atteindre et on n’a plus de maçons.

– Je suis au courant, papa, et c’est normal, parce qu’il n’y aura pas de chantier.

– Comment ça il n’y aura pas de chantier, c’est pas chez moi ? Tu m’as promis d’engager des bons maçons, des vrais, et voilà qu’à peine leur ai je parlé du programme, ils ne sont pas revenus, tu n’as pas trouvé de vrais pauvres, prêts à tout, parce que moi, quand j’avais vraiment faim, j’étais prêt à tout, c’est des mauviettes ceux-là…

– Oui, papa, quand vous étiez pauvre, Lire la suite

Ma famille longtemps oubliée

Par JOSÉ NARVAEZ

« l’amour s’apprend, dédicace a toutes ces âmes splendides

garants de l’expurgation de traumas stockés depuis bien avant l’époque des scribes;

à ceux qui ne savent pas trop quoi faire, à ceux qui rêvent, traînent, qui imaginent,

à toutes ces belles âmes qui luttent pour ce nouveau monde, à tout ce à quoi elles se destinent »

31539_1291393960946_2993248_n

Foto: Alejandro Molina

Vous êtes ma famille longtemps oubliée.

Groupe, oh compagnons

venus tirer les choses au clair

à la fraîcheur de la rivière

mes amis mouvement

vous arrivez de là bas

où on ne sait que faire des formes

mes amis d’amis

nous nous connaissons déjà tous :

c’est que nos corps recherchent le même sentier.

Mes amis ,

oh pièces d’un géant puzzle

créateurs en chaque seconde d’une vision nouvelle,

microns,

oscillations du grand serpent

cosmique

vous possédez la faim des bêtes et le sommeil des anges

oh grande motivation commune;

vous êtes ma famille longtemps oubliée.

Ce temps passé avec vous c’est une bénédiction

vous êtes partout

engrais que l’on partage

semis que l’on engrange

grande famille néo-pirates

décideurs de l’autrement

traînards, éloge faite au temps qu’on prend

dans le monde qui va trop vite . Lire la suite